Les omégas-3, au coeur de la prévention anti-âge

Lundi 18 Janvier 2010 à 11h30

Par Caroline, dans la catégorie : Côté labo

Depuis plusieurs années, les scientifiques, relayés par les médias, s’accordent à dire que les oméga-3 sont bons pour notre santé. Prévention des maladies cardiovasculaires, amélioration de l’activité du cerveau, diminution du stress. Les omégas-3 sont également essentiels à la santé et à la beauté de notre peau …

Les omégas-3 sont une famille d’acides gras dont le plus important est l’acide α-linolénique. Cet acide gras est poly-insaturé ce qui signifie que sa structure moléculaire contient plusieurs doubles liaisons. Il est également dit ‘’essentiel’’ car notre corps n’est pas capable de le synthétiser seul.

L’acide α-linolénique joue un rôle important dans la synthèse des prostaglandines de type 3, hormone permettant d’atténuer l’inflammation. Ainsi, il est utilisé dans le domaine pharmaceutique pour diminuer les phénomènes inflammatoires associés à certains troubles cutanés tel que le psoriasis ou l’eczéma. Il semble que l’acide α-linolénique posséde également des propriétés anti-âges.

 

En effet, des études ont récemment montré qu’il existe un lien entre l’inflammation et le vieillissement cutané : c’est ce que l’on appelle la micro-inflammation. La micro-inflammation correspond à l’inflammation cutanée chronique provoquée par le stress, la pollution ou les radiations UV et qui, bien que ne provoquant pas de rougeurs, accélère le vieillissement prématuré de la peau. Ainsi, grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, l’acide α-linolénique permettrait de lutter contre ce phénomène. D’autres études ont également montré que l’acide eicosapentanéoïque, un acide gras produit par l’organisme à partir de l’acide α-linolénique permet de limiter les effets néfastes des ultraviolets et d’activer la production de collagène et de fibres élastiques.

 

On retrouve l’acide α-linolénique dans les huiles de poisson et dans certaines algues … mais leurs odeurs rendent leur usage cosmétique difficile.


Le monde végétal nous offre également des sources d’acide α-linolénique. Les huiles végétales de lin et de Sacha Inchi sont les plus concentrées en acide α-linolénique. Toutefois, l’huile de lin est très instable à la chaleur et à la lumière et a tendance à rancir rapidement. A l’inverse, l’huile de Sacha Inchi, est naturellement riche en tocophérols (Vitamine E) ce qui lui confère une très bonne stabilité à l’oxydation.

 

 Crédit photo: Caroline Rousseau

 

 


 

 

Mots-clés : sacha inchi, oméga-3, beauté, peau, anti-âge

Ajouter un commentaire :

(ne sera pas publié)