Schwabe abandonne cinq de ses brevets sur le pélargonium

Jeudi 29 Avril 2010 à 13h10

Par Marie des Neiges, dans la catégorie : Biopiraterie

L’entreprise pharmaceutique Schwabe vient d’annoncer qu’elle abandonnait cinq de ses brevets sur le pélargonium. Le pélargonium est une plante originaire d’Afrique du Sud utilisée traditionnellement pour combattre les affections respiratoires.

En janvier 2010, l’Office Européen des Brevets avait annulé l’un des brevets que l’entreprise allemande avait déposé sur cette espèce (voir article du blog du 5 février "Nouvelle victoire contre la biopiraterie") . L'abandon de cinq autres brevets est un recul supplémentaire du laboratoire Schwabe et une nouvelle victoire dans la lutte contre la biopiraterie.

Ces résultats ont pu être obtenus seulement grâce aux actions conjointes de l’ABC, de la Déclaration de Berne et de EED(1) qui n’ont cessé de dénoncer le caractère illégal de ces brevets. Ces trois organisations se sont fait les porte-paroles de la communauté d’Alice en Afrique du Sud. Cette petite communauté rurale accuse le laboratoire allemand de lui avoir volé ses savoirs traditionnels et de surexploiter le pélargonium au point où l’espèce se trouve aujourd’hui en état de quasi-extinction.

 

Feuilles de pelargonium sidoides (Location credit to the Chanticleer Garden)

 

La communauté d’Alice réclame donc aujourd’hui au laboratoire Schwabe l'abandon des deux derniers brevets sur l’espèce qu’il possède ainsi qu’une indemnisation pour l’usage illégal de leurs savoirs traditionnels. Ils demandent également à l’entreprise de s’engager à replanter le pélargonium et à adopter une gestion plus durable de l’espèce afin que les générations futures puissent continuer à l’utiliser pour se soigner.

La biopiraterie ne s’arrête pas au simple fait de déposer des brevets sur des plantes ou des savoirs traditionnels, elle concerne également toutes les situations où les utilisateurs de ressources naturelles et de savoirs traditionnels ne partagent pas avec les populations locales les bénéfices issus de la vente de ces produits.

Le partage juste et équitable des bénéfices issus de la vente de produits fabriqués à partir de produits de la biodiversité et de savoirs traditionnels n’est pas un acte charitable, il s’agit d’une des exigences de la Convention sur la Diversité Biologique (2). Le sirop contre la toux développé par Schwabe, utilisant le pélargonium africain et les connaissances locales, est le 20ème produit le plus vendu en Allemagne et génère des profits considérables.

 

1.

 L'ABC, African Centre for Biosafety, est une organisation non-gouvernementale sud-africaine dont l'objectif est de produire et diffuser de l'information claire et objective sur la biopiraterie, les produits transgéniques et tout autres risques biologiques. Pour en savoir plus : http://www.biosafetyafrica.net/index.html/

La Déclaration de Berne est une association suisse qui informe et fait pression en Suisse pour changer les comportements de l’Etat et des entreprises à l'égard des pays du Sud. Elle mobilise le public par des campagnes et des actions. Elle intervient dans les médias et interpelle les décideurs économiques et politiques. Pour en savoir plus: http://www.evb.ch/fr/

L'EED, Service des Eglises Evangéliques en Allemagne pour le Développement, est une institution des églises protestantes en Allemagne. L'EED soutient, par le biais d'apports financiers, de coopération personnelle, de bourses et de l'assistance technique, les activités de développement engagées par les Eglises, les organisations chrétiennes et les organismes privés. Pour en savoir plus : http://www.eed.de/fr/


2. La Convention sur la diversité biologique est un traité international adopté lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, avec trois buts principaux : la conservation de la diversité biologique (ou biodiversité) ;l' utilisation durable de ses éléments ; et le partage juste et équitable des avantages découlant de l'exploitation des ressources génétiques. Son objectif est de développer des stratégies nationales pour la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique. Il est considéré comme le document clé concernant le développement durable. Pour en savoir plus: http://www.cbd.int/

 

 

 

 

 

Mots-clés : biopiraterie, savoirs traditionnels

Ajouter un commentaire :

(ne sera pas publié)