Le monde enchanteur d'Herlinda

Lundi 23 Novembre 2009 à 14h29

Par Marie des Neiges, dans les catégories : Art et culture, Rencontre avec...

 

Pour inaugurer ce blog, nous avions envie de  vous inviter au voyage et de vous faire découvrir le monde enchanteur d’une femme étonnante : Herlinda Agustin Fernandez.

Herlinda est une artiste et une shaman reconnue issue du peuple Shipibo-konibo, un groupe ethnique du Pérou.

Elle habite dans la communauté native de San Francisco de Yarinacocha, près de Pucallpa, sur les bords du fleuve Ucayali. Elle a 56 ans et 7 enfants.

Comme toutes les femmes de son ethnie, elle a appris la céramique. Elle excelle dans la peinture et la broderie des « Kenés », les dessins traditionnels Shipibo-konibo.

Le plus étonnant est qu’Herlinda chante ses dessins ….et les enchante !


Herlinda profil

 

Nous travaillons avec Herlinda depuis plusieurs années et nous avons été littéralement séduits par ses créations. Nous lui avons expliqué la logique de chacun de nos soins (l'harmonie, la beauté, la lumière ...) et Herlinda a conçu des dessins que l'on retrouve à l'intérieur de nos étuis. 

Ces dessins sont très particuliers. Ce sont des dessins magiques, semblables à des talismans, qui apportent l’harmonie, la beauté et la joie.


Comment êtes vous devenue artiste ?

Depuis toute petite j’ai appris à faire les céramiques et à broder mes toiles en observant ma maman et ma grand-mère. Je ne voulais pas aller à l’école. Je préférais rester avec ma maman et ma grand-mère pour broder et apprendre avec elles.


Que sont les “Kenés”?

Les Kenés sont les dessins traditionnels des Shipibos-konibos. Il existe différents types de Kenés qui sont transmis de génération en génération par les femmes. J’ai appris ces dessins de ma grand-mère et de ma mère. Je les ai transmis à mes filles et aujourd’hui à mes petites filles. Chaque dessin à une signification particulière. Certains ont une représentation symbolique comme le soleil, la Pachamama (la Terre Mère), l’Anaconda (serpent considéré comme magique, dieu des fleuves), d’autres vont servir comme talisman pour porter chance, protéger la maison, apporter la santé ou la beauté, etc.

J’ai du apprendre aussi à filer le coton et à le teindre en utilisant certaines plantes comme la fleur de Chakruna ou de l’Ayahuasca. C’est un travail très long et très dur.

Pour faire une belle broderie, il faut y passer du temps. Parfois deux ou trois semaines. J’aime quand ma broderie est bien finie alors je me concentre beaucoup pour la réussir.

J’ai les dessins dans ma tête et je brode comme j’en ai envie.

L’artisanat c’est notre seul moyen de subsistance à nous les femmes Shipibos-Konibos. C’est ce qui nous permet de payer l’éducation de nos enfants.

 

 

 Est-ce que vous pouvez nous expliquez l’importance des chants pour vous ?

Depuis toujours les femmes Shipibos-Konibos ont chanté.

Ce sont mes grands parents qui m’ont appris à chanter. Il existe différents types de chants. Certains servent pour accompagner les moments de la vie de tous les jours ou raconter des histoires, d’autres sont plus particuliers. On les appelle les Icaros. Ce sont des chants magiques qui permettent de soigner ou de protéger les corps. Mes grands parents m’ont dit : « avec ces chants tu peux soigner les gens ».

 Par exemple si tu as mal au cœur , je peux te chanter une chanson et tu vas aller mieux.

 Il existe aussi des chants pour accompagner les broderies. Chaque dessin possède son chant. En chantant, je fais rentrer les dessins dans le corps et l’esprit des gens. C’est comme si je brodais à l’intérieur. En chantant les dessins, je leur donne plus de force pour qu’ils soient plus efficaces.

Chanter c’est comme ouvrir des portes.


En plus d’être artiste, vous êtes une des rares femmes shaman. Pouvez-vous nous expliquez comment vous est venu l’envie de soigner ?

 J ai appris à utiliser les plantes pour soigner depuis petite en observant mes grands parents qui étaient de grands shamans. Comme j’étais très curieuse, je les suivaient dans le « monte » (dans la jungle) pour voir quelles plantes ils cueillaient et comment ils les préparaient. Il existe toute sorte de plantes : pour soigner les douleurs d’estomac, les fièvres, etc.

Je regardais comment ma grand-mère faisait les massages et préparait les rituels.

Avant il n y avait pas de médicaments, c’est pour cela que mes grands parents se soignaient avec les plantes.

Dans la nature on trouve tous les remèdes possibles pour soigner. Mais il faut continuer de planter et de conserver ces plantes.

Aujourd’hui les gens ne savent plus comment utiliser les plantes, ils ont perdus les savoirs sur l’usage des plantes. Peu à peu nos traditions sont en train de disparaître.

Moi, j’enseigne à mes filles et à mes petites filles à reconnaître et à utiliser les plantes.

J’aime travailler avec les plantes et j’aime soigner les gens. Parce que j aime voir les gens qui étaient mal me dire « ah je me sens bien ».C’est ce que j ai envie d’entendre.

J’utilise aussi mes chants pour soigner les gens. Si les gens se sentent bien, moi aussi je me sens bien.

Quelle est votre vision de la beauté ?

Pour les femmes Shipibos-konibos, être belle c’est avoir de beaux cheveux, de beaux vêtements bien brodés, avoir une jolie peau, avoir de beaux bijoux en argent.

Les femmes Shipibos-konibos aiment porter les cheveux très long jusqu’ à la taille avec une frange. C’est la tradition.

Elles utilisent un fruit appelé le huito pour teindre leurs cheveux (dans une couleur noir bleuté) et éviter qu’ils ne tombent. Moi je suis vieille, alors je dois utiliser souvent le huito pour couvrir mes cheveux blancs. Pendant les fêtes traditionnelles, les femmes peignent des dessins sur leurs corps et leurs visages avec le huito et l’achiote. Plus les dessins sont fins et élégants, plus on se sent belle. Ces dessins sont comme des broderies sur le corps.

J’utilise aussi l’achiote sur le visage pour le protéger du soleil et ne pas avoir de taches. Il existe des plantes pour ne pas avoir de rides, pour avoir une belle peau.

Les chants sont très importants aussi. Il existe des chants puissants qui apportent la beauté.  Les chants entrent à l’intérieur de ton corps, dans tes veines et te rendent belle.

Mon mari me chante des icaros pour que je reste belle. Moi aussi, des fois, je chante à mes filles et à mes petites filles des chants pour qu’elles soient belles.

Quel est votre rêve ?

Quand je serais plus vieille, je voudrais ouvrir une petite école pour pouvoir transmettre tout ce que j ai appris à mes enfants et à tous ceux qui veulent apprendre à utiliser les plantes, à soigner, à faire les massages, à chanter, à broder.

J’aimerai  transmettre la sagesse que j ai apprise de mes grands parents.

J aimerai monter un petit projet pour pouvoir réaliser ce rêve mais c’est difficile car je ne sais pas écrire et je ne sais pas me servir d internet. Cela me rend triste. Mes enfants m aident parfois pour mes contacts mais ce n est pas toujours facile

Un dernier message …

J’aimerai que les gens d’autres pays découvrent comment vivent les Shipibos-konibos et nos traditions pour faire notre artisanat et pour soigner avec les plantes.

Je leur envoie depuis ici un chant de protection pour qu’ils aient de belles pensées.

 

Herlinda face

 

Crédits photos: Daniel Silva

 

 

 

Mots-clés : art, chants, Kené, magie, médecine traditionnelle, plantes médicinales, rituels, transmission, beauté, savoirs traditionnels, chamane, tradipraticiens, shipibo konibos

Les commentaires :

  1. Mercredi 02 Décembre 09 à 14h08, par Florence
    Quelle femme magnifique ... merci pour ce partage
  2. Jeudi 14 Janvier 10 à 16h16, par So
    Je découvre que vous avez (aussi) un blog. Une très belle interview, très touchante. :)
  3. Lundi 18 Janvier 10 à 15h42, par Agnès
    merci!
  4. Jeudi 21 Janvier 10 à 18h24, par naturelsworld
    Nosotros trabajamos con asociaciones shipibos que viven en Lima Peru
    http://www.naturelsworld.com
    http://ddias.canalblog.com/archives/4___peru/index.html
    http://storage.canalblog.com/20/63/163299/12636433.jpg
  5. Samedi 27 Février 10 à 21h22, par Florence Priol
    Où peut on trouver l'artisanat shipibo ?
  6. Mercredi 03 Mars 10 à 20h54, par Marie /Aïny
    Chère Florence,

    Je pense qu'en cherchant sur internet vous devriez pouvoir trouver quelques sites qui proposent cet artisanat. Je vous invite aussi à contacter l'association Shane qui travaille avec des communautés Shipibo -Konibo (association@shanefrance.org). Si vous venez au Pérou, je pourrais vous indiquer des endroits où trouver des objets de qualité.
    Cordialement,
    Marie
  7. Jeudi 08 Avril 10 à 15h25, par marion
    oui oui faite partager votre expérience et votre sagesse beaucoup de gens serait interrseer
  8. Mercredi 14 Avril 10 à 15h56, par Florence Priol
    Merci beaucoup Marie ! L'idée de venir au Pérou me sourit bien aussi...
  9. Mercredi 14 Avril 10 à 20h57, par Marie/Aïny
    @ Marion. Merci pour votre message . Si le coeur vous en dit n'hésitez pas à faire connaitre notre blog autour de vous . A bientôt.
    @ Florence. J'espère que votre souhait de voyage au Pérou va se concrétiser !Il y a tant de merveilles à découvrir ici. Les cultures ancestrales des Moches et des Incas côtoient celles des cultures modernes et vivantes. Je vous conseille de regarder sur internet les dates des grandes fêtes et rassemblements religieux et populaires pour programmer votre voyage. Dépaysement garanti! Je viens de fêter mes trois ans au Pérou et il me reste tant à découvrir sur ces cultures extraodinaires. Bien à vous ! Marie
  10. Mercredi 05 Janvier 11 à 12h44, par Amaryllis
    Merci de partager ça avec nous......
  11. Mardi 06 Décembre 11 à 14h28, par .barilley gladys
    tres belle rencontre et ce que je ressent n est que du vivant des ressources humaine que j aime et qui m habite le souhait pour l ecole est si pur je ne sais combiens de merci j aie l envie faire part de beaucoups de reconnaissance herlinda est tout simplement une merveille quel humanite merci

Ajouter un commentaire :

(ne sera pas publié)